Je me présente

Je suis psychologue clinicienne, diplômée en 2002 d’un DESS de psychologie clinique et pathologique à l’université Paris V, René Descartes.

À l’université, je me suis spécialisée dans deux domaines: les tests psychologiques (tests psychométriques et tests de personnalité, avec C. Chabert et C. Azoulay) et l’adolescence (avec Pierre Sullivan). J’ai réalisé mon mémoire de fin d’études (mention Bien) en histoire de la psychologie, supervisé par le président de l’université, Monsieur S. Ionescu, et Madame R. Plas.

J’ai fait une cure analytique de plusieurs années avec une psychologue psychanalyste freudienne à Paris, c’est un engagement long avec un travail approfondi sur soi-même, qui apporte une connaissance fine de soi et m’aide beaucoup dans mon travail, notamment à faire la part des émotions partagées avec mes consultants.

En décembre 2011, j’ai complété ma formation initiale aux bilans psychologiques par une formation au Wisc IV (test QI) au Cnam-Inetop.

Depuis Juin 2012, je me forme à « l’approche narrative », avec André Grégoire, psychologue et co‑directeur du Centre de Psychothérapie Stratégique à Montréal (Québec), à Paris et à Liège.

J’ai beaucoup travaillé avec la théorie psychanalytique, et aujourd’hui je m’appuie sur cette approche (en référence aux fondateurs M. White et D. Epson) pour mener les entretiens. Je m’y sens à l’aise, cela apporte une dimension chaleureuse et créative aux échanges, et permet d’explorer « les histoires qui nous habitent » et d’ouvrir le champ des possibles pour sa propre vie à venir.


À PROPOS DU PSYCHOLOGUE

Professionnel de la relation d’aide, de l’écoute et du diagnostic, le psychologue est diplomé d’un DESS ou d’un Master II de psychologie, délivré après cinq ans d’études minimum (cours théoriques, stages pratiques, rédaction et soutenance de mémoire). Spécialiste des sciences humaines, il a étudié le comportement humain, son développement émotionnel et intellectuel et les relations des individus entre eux.

La psychologie clinique telle qu’elle se pratique, est attachée aux noms d’Edouard Claparède, Daniel Lagache et Juliette Favez-Boutonnier, tous trois médecins psychologues et philosophes, les deux derniers étant aussi psychanalystes.

• De la médecine, elle hérite une méthode, la clinique, c’est à dire « être au chevet de », « être au plus près » du sujet, et un objectif, diagnostiquer et guérir.

• De la philosophie et de la psychologie, elle tire une conception phénoménologique de l’humain : chaque sujet est unique et aucun vécu n’est réductible à un autre.

• De la psychanalyse, une conception du fonctionnement psychique en termes de forces et de conflits se déroulant en certains lieux et pouvant se traduire en symptômes.

L’unité de la psychologie tient à un équilibre entre ces pôles.

Lors de l’entretien clinique, un sujet – le psychologue – tente de comprendre un autre sujet – le consultant – et il le fait avec les techniques et les méthodes de sa discipline, mais également avec ce qu’il est comme sujet lui-même.

En ce qui concerne la psychologie clinique, je cite Didier Anzieu que j’apprécie : « Elle est une psychologie individelle et sociale, normale et pathologique ; elle concerne le nouveau-né, l’enfant, l’adolescent, l’homme mûr et enfin le mourant… »


BON À SAVOIR

L’usage du titre de psychologue est protégé par la loi du 25 juillet 1985 et il est soumis à un code de déontologie qui encadre toutes les pratiques du psychologue. Les diplômes authentifiés du psychologue sont enregistrés sur la liste ADELI de l’Agence Régionale de Santé (ex-DDASS) de sa région. Cette inscription sur la liste ADELI garantit la capacité à exercer du psychologue.

Votre psychologue est tenu au secret professionnel et respecte le code de déontologie de sa profession.